La religion par elle-même

Publié le par groupeideesnoires.over-blog.fr

Les religions – notamment celles qui se réclament de la Bible ou du Coran - prétendent toutes véhiculer un message de paix et d’amour au monde. Inutile de montrer, ici, que l’histoire tend à prouver le contraire : chacun se rappellera les croisades, l’inquisition, les djihads et autres horreurs commises au nom de(s) dieu(x).

Mais, dans les livres eux-mêmes (Bible et Coran), qu’en est-il ? Que renferment-ils ? L’amour ou la haine ?

 

Dieu, raciste et impérialiste !

 

Judaïsme, christianisme, islam, ces trois grandes religions – et les petites qu’elles ont enfantées -  reposent, en partie, sur l’idée « d’élus ». Eh oui, c’est ainsi ! Notre papa, là-bas dans le ciel, sauvera certains de ses enfants et fera rôtir tout le reste dans une fournaise géante ! « Il y a beaucoup d'appelés, mais peu d'élus » Matthieu 22:14 (Bible)

Mais qui sont ces élus ? Parfois, il est question d’un peuple en particulier (les Juifs par exemple). Dieu aurait donc choisi de placer un peuple, parmi tous ceux de la Terre, au-dessus de tous les autres ! Un peuple qui aurait ainsi le droit de dominer le monde, de marcher sur le dos des autres et de s’étendre selon ses désirs, parce qu’au moment du grand choix, il fut divinement élu. Dans cette idée même de peuple élu, on trouve les germes de l’impérialisme – d’un impérialisme justifié par la volonté divine - et donc de la guerre : un peuple chargé par un dieu de répandre sur la terre sa parole et d’éliminer ceux qui la rejettent : « Tu anéantiras tous les peuples que l’Eternel, ton Dieu, va te livrer: tu seras sans pitié pour eux […]» Deutéronome 7:16 (Bible) ; « Que Dieu étende les possessions de Japhet, qu’il habite dans les tentes de Sem et que Canaan soit leur esclave. » Genèse, 9:25-27 (Bible) ; « Et combattez-les (les infidèles) jusqu'à ce qu'il ne subsiste plus d'association, et que la religion soit entièrement à Allah. » Sourate 8:39 (Coran) ; « Nous vous appellerons à marcher contre les nations puissantes, vous les combattrez jusqu’à ce qu’elles embrassent l’islamisme » Sourate XLVIII, 16 (Coran).

        Et, pour ce faire, dieu lui-même vient leur donner un petit coup de main : « Dieu est un juste juge, Dieu s'irrite en tout temps. Si le méchant ne se convertit pas, il aiguise son glaive, il bande son arc, et il vise; il dirige sur lui des traits meurtriers, il rend ses flèches brûlantes. » Psaume 7:12-14 (Bible) ; « Ce n’est pas vous qui les tuez (les infidèles), c’est Allah. Quand tu lançais (un trait), ce n’est pas toi qui le lançais, c’était Allah […]» Sourate 8:17 (Coran).

En plus des velléités de conquêtes, l’idée de peuple élu entraîne indubitablement le racisme et la ségrégation : dieu a choisi mon peuple et non le tien, donc je te méprise ! « La plupart d’entre eux (Juifs) ne sont que des pervers » Sourate 5:84 (Coran) ; « Ô croyants ! Ne prenez pas pour amis les juifs et les chrétiens, ils sont amis les uns des autres. Celui qui les prendra pour amis finira par leur ressembler, et Dieu ne sera point le guide des pervers » Sourate 5:56 (Coran) ; « Vous avez péché en vous alliant à des femmes étrangères, et vous avez rendu Israël encore plus coupable. Confessez maintenant votre faute à l'Éternel, le Dieu de vos pères, et faites sa volonté! Séparez-vous des peuples du pays et des femmes étrangères. » Esdras 10:10-11 (Bible).

 

            Cette idée de peuple élu, de race supérieure, est si ancrée dans la Bible et le Coran, qu’on la retrouve également dans nombre de courants religieux et sectaires qui se réclament aussi de ces deux livres : par exemple, dans le rastafarisme (qui se réfère à la Bible) c’est le peuple noir qui aurait été élu, et certains fondamentalistes du mouvement vont même jusqu’à parler de « suprématie noire »…un autre racisme !

 

            S’il s’applique à des peuples en particulier (notamment les Juifs), le terme d’ « élus » peut aussi s’appliquer, de façon plus générale, à tous ceux qui seront sauvés lors du jugement dernier, peu importe leur origine. Dans ce cas, la distinction entre « élus » et « non élus » repose moins sur un critère ethnique que sur des critères moraux et eschatologiques (perspectives de salut divin) : l’élu est celui qui sera sauvé pour avoir été fidèle aux commandements de dieu, celui qu’on appellera alors le « juste ». Et que dit la Bible du juste ? Qu’il « baignera ses pieds dans le sang des méchants » (Bible, Psaume 58:11) …

           

            Vous avez dit, « message de paix » ?

 

Dieu n’aime pas les femmes…

 

            A en lire la Bible et le Coran, dieu n’aime pas les femmes ! Lorsqu’elles ont leur cycle menstruel, elles sont considérées comme impures, de même après la naissance d’un enfant… alors, on ne peut les approcher ! « Lorsqu'une femme deviendra enceinte, et qu'elle enfantera un mâle, elle sera impure pendant sept jours; elle sera impure comme au temps de son indisposition menstruelle. Le huitième jour, l'enfant sera circoncis. Elle restera encore trente-trois jours à se purifier de son sang […] Si elle enfante une fille, elle sera impure pendant deux semaines, comme au temps de son indisposition menstruelle; elle restera soixante-six jours à se purifier de son sang. » Lévitique 12:1-5 (Bible). Si la plupart des juifs et des chrétiens n’appliquent plus cette règle, certaines sectes religieuses, en revanche, l’observent  à la lettre. C’est notamment le cas chez certains rastas (dits « Bobo Shanty ») où les femmes considérées comme impures vivent recluses dans des maisons éloignées de celles des hommes.

     Dieu n’aime pas non plus les entendre parler… « Que les femmes se taisent dans les assemblées, car il ne leur est pas permis d'y parler; mais qu'elles soient soumises, selon que le dit aussi la loi. » Corinthien 14:34 (Bible). L’homme, lui, a droit à la parole. Pourquoi ? Parce qu’il lui est supérieur ! Dieu dit à Eve : « Tes désirs se porteront vers ton mari, mais il dominera sur toi. » Genèse 3:16 (Bible) Le Coran quant à lui, précise : « Les hommes ont le pas sur leurs femmes, à cause de la préférence que Dieu a manifestée pour les uns sur les autres, à cause de ce que dépensent les hommes pour la subsistance des femmes. [..] Celles dont vous craignez la rébellion, exhortez-les, reléguez-les dans les chambres où elles couchent, frappez-les. » Sourate 4:34 (Coran).

     Pourquoi tout ça ? Parce qu’à en croire la Bible et le Coran, la femme incarne le mal et pousse l’homme au vice ! « C'est par la femme qu'a commencé le péché, et c'est à cause d'elle que nous mourons tous. » Ecclésiastique 25:24 ; « Je trouve la femme plus amère que la mort; elle est un piège, son coeur est un filet et ses mains sont des liens. L'homme agréable aux yeux de Dieu lui échappe, mais le pécheur s'y laisse prendre. » Ecclésiastique 7:26 (Bible). Et c’est pourquoi la femme est voilée et porte de longues robes, car ainsi cachée, elle ne peut séduire l’homme et l’inciter à faire l’amour…

    Bref, de part les règles qu’ils prescrivent et la description qu’ils font des femmes, ces livres se présentent ouvertement comme sexistes, ce qui explique la place qu’ont occupée et qu’occupent encore aujourd’hui, de nombreuses femmes dans la religion. Exclure la femme, lui interdire de s’exprimer, la frapper et la dominer… quel beau message d’amour !

 

… et encore moins les homosexuels !

 

Sexistes, la Bible et le Coran n’en sont pas moins homophobes ! L’ordre moral qu’ils véhiculent interdit formellement les rapports sexuels entre deux individus du même sexe. Pourquoi ? Parce que deux hommes ou deux femmes ensemble ne peuvent procréer, or, faire l’amour - pour les rédacteurs de ces deux ouvrages - c’est forcément donner la vie ! « Tu ne coucheras point avec un homme comme on couche avec une femme. C'est une abomination. » Lévitique 18:22 ; « Si un homme couche avec un homme comme on couche avec une femme, ils ont fait tous deux une chose abominable ; ils seront punis de mort : leur sang retombera sur eux. » Lévitique 20:13 (Bible). Tuer les homosexuels… une fois encore, quel beau message d’amour !

 

Dieu, l’esclavagiste.

 

Si ces livres renfermaient un message d’amour et de paix, ils condamneraient l’esclavage, l’exploitation de l’homme par l’homme. Or, loin de l’interdire, dieu va même jusqu’à le prêcher et à donner quelques conseils sur la manière de se comporter avec un esclave. « Ce n'est pas par des paroles qu'on châtie un esclave; Même s'il comprend, il n'obéit pas. » Proverbe 29:19 (Bible) ; «Exhorte les serviteurs à être soumis à leurs maîtres, à leur plaire en toutes choses, à n'être point contredisants, à ne rien dérober, mais à montrer toujours une parfaite fidélité, afin de faire honorer en tout la doctrine de Dieu notre Sauveur. » Tite 2:9-10 (Bible) ; « Il vous est défendu d’épouser des femmes mariées, exceptées celles qui seraient tombées entre vos mains comme esclaves. » Sourate 4:28 (Coran) ; « Dieu vous propose pour exemple un homme esclave qui ne dispose de rien et un autre homme à qui nous avons accordé une subsistance ample. Ces deux hommes sont-ils égaux ? Non, grâce à Dieu. » Sourate 16:78 (Coran).

Musulmans et chrétiens n’ont donc eu aucun scrupule à mettre en place des traites négrières, Bible et Coran leur donnaient le feu vert !

 

Ceux qui s’opposent à dieu…

 

            Et qu’advient-il de ceux qui refusent cet ordre moral ? Sur cela, une fois encore, les trois livres font preuve d’une grande clarté.

« Faites la guerre à ceux qui ne croient point en Dieu ni au jour dernier […] Faites-leur la guerre jusqu’à ce qu’ils payent le tribu de leurs propres mains et qu’ils se soient soumis » Sourate 9:29 (Coran) ; « La récompense de ceux qui font la guerre contre Allah et Son messager, […] c’est qu'ils soient tués, ou crucifiés, ou que soient coupées leur main et leur jambe opposées, ou qu'ils soient expulsés du pays.» Sourate 5:33 (Coran) ; « J'accumulerai sur eux (les infidèles) les maux, j'épuiserai mes traits contre eux. Ils seront desséchés par la faim, consumés par la fièvre et par des maladies violentes; […] Il en sera du jeune homme comme de la jeune fille, de l'enfant à la mamelle comme du vieillard. » Deutéronome 32:23-25 (Bible).

Et qui sont donc ces infidèles ? « Ne savez-vous pas que les injustes n'hériteront point le royaume de Dieu? Ne vous y trompez pas: ni les impudiques, ni les idolâtres, ni les adultères, ni les efféminés, ni les infâmes, ni les voleurs, ni les cupides, ni les ivrognes, ni les outrageux, ni les ravisseurs, n'hériteront le royaume de Dieu. » Corinthien 6:9-11 (Bible).

            Massacrer tous ceux qui ne croient pas en dieu et qui n’observent pas son ordre moral ? Là encore, la Bible et le Coran font preuve d’un grand message de paix et d’amour !

 

L’idée de dieu et l’émancipation de l’individu.

 

            « Islam » signifie « soumission » en arabe, et c’est bien ce qu’est la religion en générale : une soumission. L’idée de dieu véhicule un certain état d’esprit, celui de se soumettre aveuglement et sans contestation possible à une autorité, ici transcendante. « Soumettez-vous donc à Dieu ; résistez au diable, et il fuira loin de vous. » Jacques 4:7 (Bible) ; « La religion, aux yeux de Dieu, est vraiment la Soumission » Sourate 3:19 (Coran). « Je suis venu à vous avec un signe de votre Seigneur. Craignez-le et obéissez-moi. Dieu est en vérité mon Seigneur et votre Seigneur. Servez-le ! C'est là le droit chemin. » Sourate 3:50 (Coran).

            Bible et Coran prônent non seulement la soumission à dieu, mais aussi à l’Etat et aux patrons. En cela, Etat et religion ont toujours fait la paire, l’un s’appuyant sur l’autre pour légitimer son autorité et s’assurer une certaine soumission. « Soyez soumis, à cause du Seigneur, à toute autorité établie parmi les hommes, soit au roi comme souverain, soit aux gouverneurs comme envoyés par lui pour punir les malfaiteurs et pour approuver les gens de bien. » 1 Pierre 2:13-14 (Bible). « Exhorte les serviteurs à être soumis à leurs maîtres, à leur plaire en toutes choses, à n'être point contredisants, à ne rien dérober, mais à montrer toujours une parfaite fidélité, afin de faire honorer en tout la doctrine de Dieu notre Sauveur. » Tite 2 :9-10 (Bible).

La religion est ainsi contraire à toute émancipation individuelle puisqu’elle préconise une soumission aveugle, aussi bien à des idées transcendantes (dieu) qu’aux chefs humains, qu’il s’agisse des gouvernements ou des patrons.

Quant à la révolution sociale, la Bible et le Coran l’enterrent et la remplacent par le dogme du salut : peu importe la souffrance sur Terre, rien ne sert de la combattre, un monde meilleur nous attend après la mort. « Vous serviteurs, soyez soumis à vos maîtres avec la plus grande vénération, non seulement à ceux qui sont bons et indulgents, mais aussi à ceux qui sont difficiles. Car ce qui met quelqu'un en faveur, c'est que souffrant injustement, il endure ses peines en considération de Dieu. Quelle gloire y a-t-il en effet à supporter d'être battu, si l'on a mal agi? Mais si ayant bien agi, vous avez à souffrir et que vous le supportiez, voilà un titre de faveur auprès de Dieu. C'est à cela en effet que vous avez été appelés. » 1 Pierre 2:18-20 (Bible). Face à la répression, Jésus lui-même nous indique la conduite à suivre: « Mais moi, je vous dis de ne pas résister au méchant. Si quelqu'un te frappe sur la joue droite, présente-lui aussi l'autre. » Mathieu 5:39 (Bible). Autrement dit, les gars, laissez-vous frapper, opprimer et réprimer…

 

Ce n’est pas la religion qui a perverti la Bible et le Coran, ces derniers contiennent l’essence même de tous les maux que la religion engendre : le racisme, l’impérialisme, l’intolérance, le fanatisme, le sexisme et la soumission. Ce n’est pas une question d’interprétation, les passages précédemment cités ne sauraient être plus explicites !

En tant qu’anarchistes, nous ne pouvons interdire à une personne de croire en ce qu’elle veut. En revanche, nous nous devons de nous opposer à tout prosélytisme et fanatisme religieux, et de diffuser le plus largement possible les idées athées. Nous devons ainsi précipiter, dans la société, une évolution culturelle et philosophique globale niant l’existence de dieu, concept qui se dresse comme un obstacle à la réalisation d’une société libertaire où l’individu n’est soumis qu’à lui-même et responsable de ses actes. Vive l’anarchie !

 

Guillaume Goutte, Groupe Idées noires de la Fédération anarchiste

Publié dans Réflexions

Commenter cet article