Communiqué de la Fédération anarchiste sur les sabotages à la SNCF

Publié le par groupeideesnoires.over-blog.fr

Un grand battage médiatique accompagne l’annonce par le Ministère de l’Intérieur de l’arrestation d’une vingtaine de personnes appartenant à « la mouvance anarcho-autonome ». elles auraient été identifiées comme les auteurs des récents sabotages survenus sur les voies ferrées.

Ces interpellations éclairent les propos du ministre des Transports le 3 novembre dernier, lorsqu’il déclarait que c’était « l’incident de trop ». Il fallait être bien candide pour se prendre à espérer que Réseau Ferré de France, société née de la volonté du gouvernement Jospin de démanteler la SNCF et portée sur les fonds baptismaux par un ministre PCF : Jean-Claude Gayssot, il fallait être bien candide, donc, pour espérer que RFF disposerait de l’argent nécessaire à l’entretien des infrastructures qu’utilise la SNCF. Ces paroles sonnaient plutôt comme un appel à la répression, et la répression s’est rapidement abattue sur des individus repérés lors de la lutte anti-CPE, promus pour le coup saboteurs-en-chef.

Pour la Fédération Anarchiste, il est à tout le moins surprenant d’attribuer la responsabilité de ces actes de sabotage à des individus dont la compétence technique n’ a pas encore été établie et dont l’équipement adapté n’est à ce jour pas retrouvé : il faut rappeler que dans les caténaires d’une ligne TGV passent 25.000 volts, et qu’il n’est pas aisé sans risquer de créer un puissant arc électrique d’y nouer un cable. Il est tout aussi surprenant que les auteurs des sabotages de novembre 2007, eux, n’aient pas été appréhendés aussi rapidement. En outre, cette opération de police, à l’heure où la direction de la SNCF fait du chantage à la fermeture de l’activité de fret et tente d’imposer à son personnel un volontariat visant à ne plus respecter les dispositions statutaires du travail des cheminots-es, codifiées dans le règlement RH0077, tombe à point pour faire passer la pillule. Dans cette affaire, pas plus que dans beaucoup d’autres, on ne cherche à qui profite le crime, et, pour la Fédération Anarchiste, aucune provocation n’est à exclure, jusqu’à plus ample informé.

Si le sabotage est une arme à laquelle peut légitimement recourir le mouvement social dans une situation où un rapport de forces s’est constitué, il n’est en revanche d’aucune utilité dans le cas contraire, les cheminots-es le savent. Même si la Fédération Anarchiste n’a jamais fait le choix de l’avant-gardisme, elle demande la libération immédiate de tous les personnes arrrêtées et appelle les cheminots-es à entrer en lutte pour gérer sans patron le service public ferroviaire.


Les véritables saboteurs, ce sont les capitalistes et l’Etat !


Fédération anarchiste, le 11 novembre 2008

Publié dans Actualité

Commenter cet article